Chaque semaine, nous récupérons un panier de légume à l’Amap. Si le mot Amap ne vous dit rien, pas de panique. Nous vous en parlerons très prochainement 🙂 Qui dit légumes, dit nombreuses épluchures qui finissent à la poubelle. A savoir : dans les foyer français, on jette 79 kilos de déchets alimentaires par personne et par an  ! 59 kilos sont inévitables de type os, épluchures, etc. Les 20 kilos restant concernent du gaspillage alimentaire*. Fou non ? Le lombricomposteur nous sert à réduire nos déchets ménagers organiques. On donne à des vers de terre les restes de nos fruits et légumes. 

Le père Noël (Oui, ça commence à faire un petit temps qu’on veut écrire cet article !) nous a apporté un gros carton contenant un lombricomposteur au doux nom de Wormbox. C’est à Bayonne, durant la manifestation Alertanatiba qui s’est déroulé en 2013, que nous en avons entendu parlé. La mairie de Bayonne propose à ses concitoyens de disposer gratuitement d’une Wormbox pour les personnes habitants en appartement. Elle est proposé à la vente par la ferme du Moutta, ferme productrice de vers de terre qui se trouve pas loin de chez nous. Nous avons craqué. Après une rapide et vaine tentative auprès de la mairie de Dax pour se faire subventionner la notre, nous avons décidé de nous la faire offrir.

Un lombricomposteur, çà fonctionne comment ? C’est comme un composteur, que certains ont au fond du jardin, mais que l’on peut avoir à l’intérieur. Dans le jardin (et d’ailleurs partout dans la nature), c’est tout un éco-système qui se met en place : des vers, des bactéries et d’autres insectes. Dans l’appart, c’est plus compliqué 😉  Il faut donc créer artificiellement cet environnement. Le lombricomposteur est formé de différents plateaux où les vers digèrent et compostent petit à petit les aliments. Sur le plateau du haut, nous déposons nos déchets alimentaires et des matières carbonées. Une fois ce plateau plein, nous pouvons en rajouter un nouveau sur le dessus. C’est ce nouveau plateau qui recueillera les déchets. Le plateau du dessous continuera à être travaillé par les vers. Au bout d’un certain temps, nous pourrons récupérer du compost. Il suffira de nettoyer le plateau et de le remettre sur le dessus. Tout en bas, se trouve un récupérateur de « jus de vers ». Ce liquide sert d’engrais pour nos plantes vertes. A la différence d’un composteur extérieur, les vers mangent les déchets avant que ceux-ci ne pourrissent ! Cela évite grandement les mauvaises odeurs. 

Nos vers sont en phase d’acclimatation, on vous donnera de leurs nouvelles très vite.

Petit teaser de l’installation du lombric. Le voici sans son couvercle, oh on voit quelques vers !

Lombric_sans_couvercle

Source : * Ecocitoyens.ademe.fr

Si vous aimez, partagez !Share on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+

5 thoughts on “Lombricomposteur : nos amis les vers !

  1. Astrid dit :

    On se renseigne nous aussi, mais pour en mettre un sur le balcon.
    Il parait qu’il faut leur donner aussi des bouts de cartons, papiers… et même vider son aspirateur dedans !! parfait! !! 🙂
    des conseils à nous donner ?

  2. Thibault dit :

    Aie ! Ça risque d’être difficile de les élever sur votre balcon. Les vers n’aiment pas les températures en dessous de 15 et au dessus de 25°C. Je dirai qu’en plein été et en hiver il faut les rentrer mais cela peut se tenter. Par contre il fonctionnera moins bien. Ce ne sont pas les mêmes vers que l’on trouve dans les jardins. Ils sont plus fragiles les p’tits bestios. Ils mangent la nourriture avant qu’elle pourrisse, donc pas de mauvaise odeurs !
    On a jamais entendu du coup de l’aspirateur. Par contre vi, 30% des choses que l’on met correspond à des matières carbonées. Ne pas mettre de papier un peu plastifié ou ayant eu des impressions dessus.

    Voila pour les conseils dans un premier temps. On te dira comment éviter l’invasion de mouches que nous avons en ce moment par la suite ! 🙂

  3. […] Cela fait 8 mois que nous vivons avec des vers à la maison. On le vit bien, et eux aussi Mais ça n’a pas été facile tous les jours. Voici un petit retour d’expérience. Mais avant, remémorez-vous l’arrivée du lombricomposteur dans l’appartement grâce à l’article : Nos amis les vers. […]

  4. […] se sont multipliés. Nous sommes envahis ! Pour pallier ce problème, nous avons acheté début 2014 un lombricomposteur. Nous avons rédigé un premier bilan en août 2014 après quelques mois d’utilisation, à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *