J’ai commencé (c’est un peu tôt, mais c’est pas grave) à faire ma liste des choses à réaliser en 2020. Il y a un élément qui me semble irréalisable et pourtant, je l’ai écrit. Il s’agit de planter 20 millions d’arbres.

Le même jour, je suis tombé sur un post Facebook qui parlait de planter 20 millions d’arbres. (il doit y avoir une caméra capable de lire ce que j’ai écrit dans mon carnet papier/crayon).

J’ai lu le post, me suis dit que c’était ce que je devrais lancer comme projet, puis j’ai fermé mon onglet.

WHATTT ? J’ai clôturé cet onglet sans même faire la moindre donation ? C’est ridicule, cela montre une différence énorme entre mes pensées et mes actes. Quelques minutes plus tard, j’étais allégé de quelques dizaines d’euros, mon âme va aller au paradis.

J’ai donné 20$ pour #teamtree. Ils proposent de reverser tout l’argent collecté à The Arbor Day Foundation qui s’occupent de planter un arbre pour 1$.

Allez voir leur site : https://teamtrees.org/

Je suis encore loin de mon objectif de 20 millions d’arbres, mais un pas est un pas… Et si un de vous décide, après avoir lu ce post, de donner 20 millions de dollars, j’aurai réalisé mon objectif, non ?

Je suis convaincu que planter des arbres par million constitue une excellente idée pour faire face aux changements climatiques, alors :

Pourquoi est-il nécessaire de planter des arbres ?

Pour protéger la couche d’ozone et réduire le réchauffement climatique

Comme il serait utopique d’empêcher toute émission en CO2 dans le monde actuel, il faut penser à la récompenser pour réduire le réchauffement climatique. C’est en ce sens que planter des arbres est d’une importance capitale.

C’est déjà prouvé par les scientifiques que les arbres capturent le CO2 surtout pendant leur phase de maturité. De ce fait, ils participent massivement à la protection de la couche d’ozone. Les arbres absorbent également l’humidité et empêchent la sécheresse et la dégradation des sols.

Pour absorber le CO2 dans l’air

Le reboisement et la bonne gestion des forêts déjà existantes seraient donc un moyen efficace pour maîtriser les variations climatiques. Des experts internationaux sur le climat ont demandé la volonté de chaque individu, de chaque collectivité et de chaque état de réduire jusqu’à 45 % l’émission des GES avant 2030.

La plantation de 900 millions d’hectares d’arbres sur les surfaces libres de la planète pourrait aider à atteindre cet objectif. Certains sont moins optimistes en ce qui concerne la faisabilité de ce reboisement à grande échelle, prévue pour absorber jusqu’à 205 gigatonnes de CO2.

Mais il y a de quoi y croire en se référant au nouveau record mondial de reboisement ayant eu lieu en Italie le 29 juillet dernier. 50 millions d’arbres plantés en une journée, c’est du jamais vu.

Pour l’avenir de la planète et de l’humanité

La reforestation aide les sols et les océans dans le processus naturel d’absorption de CO2. Ces pratiques responsables ont un impact positif à la fois sur la vie de tous les jours, l’environnement et l’économie de chaque pays.

Il faut en même temps surveiller la croissance de chaque arbre planté et le protéger à tout prix pour qu’il reste encore là au moins 10 ans après sa plantation.

Comment compenser ses émissions en CO2 ?

Le mieux serait d’éviter les émissions en CO2. Mais comme ceci n’est pas évident, il faut les compenser par divers moyens. Il existe le reboisement collectif, le reboisement individuel, le changement des habitudes de consommation, l’établissement du bilan carbone annuel ou ponctuel et la participation dans des projets de compensation volontaire.

Le reboisement individuel et collectif

Les établissements professionnels et scolaires, ainsi que les entreprises dont les activités occasionnent directement de l’émission de GES, s’efforcent de réaliser au moins chaque année un reboisement collectif.

C’est déjà une décision responsable, mais un reboisement individuel peut être bénéfique aussi. La croissance de l’arbre est suivie de près dans cette situation et il ne risque pas d’être exploité autrement. En plus, si plusieurs familles prennent l’initiative de planter des arbres chez eux, l’objectif d’avoir des arbres par million peut facilement devenir une réalité.

Le changement des habitudes de consommation

Adopter ses habitudes de consommation est une mesure éco-responsable permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit d’utiliser une énergie renouvelable pour les différentes activités domestiques et le système de réchaud ou de climatisation de la maison.

C’est important aussi de contribuer à la réduction des déchets inutiles. Vous pouvez par exemple vous procurer des contenants recyclables ou rechargeables pour vos produits d’hygiène corporelle et d’entretien de la maison. Priorisez aussi les articles reconditionnés lors de vos achats.

Il faut également opter pour les fruits et légumes de saison au lieu des aliments industriels, et consommer moins de viande et de poisson. Il est avantageux aussi de marcher pour les trajets courts et de rouler en vélo pour les trajets longs. Les véhicules à moteur émettent des CO2. Si vous devez voyager, vous devez soit prendre un train, soit prendre un avion et participer à une compensation carbone.    

Le bilan carbone et la compensation carbone

Vous ne pouvez pas faire des efforts de compensation si vous n’êtes pas au fait du volume de CO2 que vous avez émis. Si vous avez du mal à définir votre empreinte carbone et à suivre son évolution, vous pouvez vous faire aider par un coach spécialiste en la matière.

Après avoir déterminé vos émissions en CO2, il est possible de les réduire ou de les compenser en aidant les autres. Venir en aide à ceux qui ont ceux qui ont des difficultés à accéder à l’énergie renouvelable ou encore à gérer leurs déchets serait une meilleure idée.

Vous pouvez aussi acheter des crédits carbone équivalents au taux de carbone émis lors de vos derniers vols. C’est une manière plus directe de contribuer à la compensation, car ces crédits servent à financer les programmes de réduction carbone surtout dans les pays défavorisés. Vous devez vous impliquer de votre propre gré dans ces actions pour que votre compensation carbone soit volontaire.

Comment planter un arbre chez soi ?

Si vous décidez de planter un arbre chez vous, il suffit de procéder comme suit : préparer vos matériels de plantation dont une bêche, une bâche, un arrosoir, et suivez les conseils s’un coach si vous êtes à votre première implantation. Gardez la motte dans un récipient d’eau plus grand en attendant que toutes les bulles d’air soient dégagées, c’est pour une pénétration facile de l’eau d’arrosage.   

Puis creusez un trou plus large et plus grand que le pot et sortez la plante de son contenant pour la mettre dans ce trou. Vous remplissez ensuite le trou avec une variété de terre plus fertile. Les racines de votre plante doivent être parfaitement étalées. Une fois le trou rempli de terre, vous devez bien tasser la surface avec vos mains. Pour terminer, vous procédez à un arrosage abondant de votre nouvelle plantation.

Après avoir planté des arbres, il faut chercher à satisfaire leurs besoins en eau en fonction du climat de l’endroit. Les arroser une fois par semaine serait toujours avantageux. Variez aussi le type d’arbres à planter et optez pour les variétés plus à l’aise avec la nature du sol de l’endroit de plantation.

Si vous aimez, partagez !Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.